Informations avant de venir à Can Decreix (CAD)

Informations pratiques
Can Decreix – Centre pour une Alternative Décroissance (CAD)

Comment est la vie quotidienne à Can Decreix?

Can Decreix est le plus petit village sans voiture. Il y a beaucoup d’escaliers et de terrasses en pente. Deux des batiments ne sont accessibles que par de longs escaliers. L’accueil se fait principalement en dortoirs à Can Decreix, bien qu’il y ait aussi quelques chambres individuelles. Camper est quasi impossible avec les pentes, le vent et les pierres, et les zones plates sont cultivées.     Pour notre système de traitement des eaux décroissant, nous sauçons bien ou essuyons assiette et plats pour ne pas y laisser de graisse. Nous finissons ensuite le lavage des plats avec eau chaude et savon de potassium ou cendre, un fertilisant (le sodium des savons typiques (et ses additifs) s’accumule et stérilise la terre). Les huiles et graisses rendent la vaisselle plus difficile, bouchent les tuyaux d’irrigation, et polluent l’eau, et obligeraient à un système de traitement des eaux beaucoup plus complexe. Par contre mis dans le compost c’est un cadeau pour nos vers et plantes. Quand nous sommes nombreux nous utilisons le système à trois bacs pour la vaisselle, prélavage / finissage / rinçage. Une fois salie l’eau de prélavage est utilisée pour le compost et les arbres, l’eau de finissage devient eau de prélavage et l’eau de rinçage, eau de finissage.

Nous recyclons l’eau des douches et de la cuisine dans le jardin pour irriguer, et nous utilisons du savon de potassium, de l’argile ou des plantes saponifères. Donc n’amenez aucun autre savon, produits chimiques, shampoing, même « écolo », nous avons ce qu’il faut ici. Nous n’avons pas les moyens de les traiter, et nous ne voulons pas nous polluer. Ceci dit, prenez quand même votre dentifrice (et si possible un mini­pot en verre pour que vous puissiez fabriquer votre propre dentifrice à l’argile et aux plantes).

Nous compostons tous les déchets des cuisines et des repas, mélangés avec papiers de cuisine et déchets du jardin. Rappelons que les papiers et cartons froissés ou sales ne sont pas recyclables, nous les mettons au compost, c’est très bon pour l’équilibre carbone/azote! Nous avons fait le choix des toilettes à compost, ce qui permet d’éviter de polluer l’eau (les systèmes de traitement municipaux ne dépurent pas jamais non plus à 100%). Cela donnera, avec la sciure et le papier longtemps après, un compost fantastique pour les arbres, ce qui évite d’en importer sur le terrain. Ce compost est fait à part.
Nous n’avons ni frigo, ni machine à laver électrique (mais une manuelle, conviviale qu’on organise entre plusieurs et on en profite pour laver aussi du linge collectif). Les « produits blancs » (tous ces machins blancs qui se branchent et prennent beaucoup d’espace dans la cuisine) consomment beaucoup d’électricité. C’est leur augmentation qui réduit à néant les économies que l’on espérait de leur meilleure efficacité (c’est « l’effet rebond »). On se rend compte qu’avec un peu d’organisation on peut très facilement s’en passer. Leur absence nous permet de réduire de façon drastique notre consommation électrique (et permet d’envisager une autonomie énergétique), libère de l’espace, crée de la convivialité et permettent
d’éviter de dépenser beaucoup pour leur achat, enfin cela permet d’éviter leur production bien polluante en Asie notamment.

Nous mangeons le plus local possible, très peu de produits animaux, plutôt biologique. Nous avons des réserves de produits secs et conserves biologiques (et sommes très heureux de goûter ce que vous apporterez de votre région). Nous mangeons les produits frais de saison, donc par exemple, il y a peu de fruits d’avril à début juillet. Au printemps, on profite plutot des vitamines que nous offrent les jeunes pousses de plantes sauvages. Le « pack » Can Decreix n’inclue pas de choses comme le chocolat, le thé, le café, le fromage, la viande, l’alcool, le beurre. Si vous en avez vraiment besoin il faudra vous les procurer dans les commerces locaux.
Faites extrêmement attention à l’usage des poêles, ne jamais laisser un feu sans surveillance, et que rien ne touche les cheminées. Nous cuisinons avec un « rocket stove »: là encore faisons très attention au risque d’incendie, surtout en été s’il y a du vent. La végétation sèche peut s’enflammer très facilement avec quelques braises.

Nous buvons eau et vin locaux dans le « porró »http://fr.wikipedia.org/wiki/Porró, ce qui nous permet de le savourer plus et de limiter la vaisselle, donc si possible entraînez­vous avant de venir. Notez que le tuyau qui sort sur le coté n’est pas une paille.

Nous nous levons tôt pour profiter au maximum de la lumière du jour, et du soleil généreux ici. Aussi Cerbère est sur une côte maritime et des flancs de montagne dirigés à l’est, c’est­à­dire en direction du soleil levant. Il est agréable de l’admirer, mais pour cela il faut se lever avec lui. La chaleur est écrasante une bonne partie de l’année, donc autant commencer tôt et dormir aux heures chaudes.
Les cactus sont des arbres fruitiers, dont les fruits et raquettes sont comestibles, mais attendez de connaître les techniques à utiliser. Leur manipulation est très délicate. Ne les touchez pas, surtout pas avec des gants (les piquants y restent, c’est pas un cadeau pour leurs futurs utilisateurs), ne les frôlez pas, même par l’intermédiaire d’un sac ou vêtement. Les épines sont des petits harpons cassants qui se répandent facilement sur les ustensiles, palais et fesses des visiteurs.

Les bandes potagères ont été aménagées sur les terrasses et décompactées à une grande profondeur avec beaucoup de sueur. Prendre soin de ne jamais marcher sur cette terre de culture. Elle est normalement délimitée par des piquets et fils. Attention également à ne pas écraser les petits plants d’arbres, eux aussi signalés par des piquets. Il est important de respecter les sentiers pour protéger les plantes sauvages et les plantations. Attention les murs de pierre sèches sont fragiles! quand on monte ou on descend d’un muret, les pierres du dessus peuvent se déchausser. C’est donc important de prendre le temps de regarder la stabilité des pierres, et de marcher lentement avec prêtant attention. Reconstruire les murets est un énorme travail, ne les détruisons pas! Toute la vallée est recouverte de terrasses en pierres sèches. Faisons donc attention où que nous allions!

Les jardins peuvent paraître délaissés, envahis d’herbes, à ceux qui aiment les potagers desherbés. N’arrachez pas ce beau couvert végétal, ce sont des plantes sauvages que nous faisons les meilleures salades! Nous pratiquons la semi­agriculture des plantes sauvages. On les cueille en laissant les racines, et on les laisse monter en graines pour les ressemer. Les plantes comestibles les plus communes sur CAD sont: le laiteron, le choux ligneux, les chénopodes, l’amarante, le pourpier, l’ortie, le lamier amplexicaule, le
mouron blanc, la mauve, les lavatères, la capucine, la laitue des vignes, la reichardie, la chicorée, le bidens… Nous ne pissons donc pas dehors, car nous y mangeons les plantes! On garde aussi tout les noyeaux des pêches, abricots, nefliers du japon locaux pour les ressemer. Ne les jetez pas! Par contre n’hésitez pas à reconnaitre et déraciner les plantes toxiques telle que la mercuriale annuelle, les séneçons (du cap et anguleux), et la morelle noire. Vous pouvez nous aider à supprimer dans les plates bandes les graminées, l’érodium fausse mauve et le géranium à feuilles rondes, l’ipomée violette et dans les vignes l’inule visqueuse.

Nous construisons avec des matériaux locaux bruts écologiques (terre, plâtre, chaux, bois, pailles…) pour que le lieu soit plus accueillant, fonctionnel et beau, tout en restant simple.
Nous sommes dans un village dont la population est très sympa. Nous faisons des cueillettes de plantes sauvages, mais ne prenons rien dans les terrains particuliers ou cultivés. Même si vous voyez des fruits qui tombent et pourrissent, n’allez pas les ramasser sans demander auparavant l’autorisation du propriétaire.

Autres points:
Can Decreix en est à ses débuts, les multiples activités sur place génèrent peu de revenus… mais quand même des dépenses. Nous vous demandons, si vous le pouvez, d’adhérer à l’association (25euros pour l’année) et de participer aux frais, nous conseillons 3euros/jour. Votre contribution est un véritable soulagement pour nous, elle permet à Can Decreix de continuer. Si cette contribution est trop élevée, n’hésitez pas à nous écrire pour trouver un autre arrangement. (Aussi, si vous apportez des savoir­faire qui nous manquent, nous vous prions de ne pas contribuer financièrement. Nous préférons que votre contribution soit de nous faire profiter de vos connaissances).
Merci de ne pas amener nos amis canins ou gros félidés. Les tortues, lézards, hérissons seraient bienvenus, mais nous les préférons dans la nature sauvage. S’il vous plait, ne jouons pas avec les chats et les chiens des voisins qui passent occasionnellement par Can Decreix. Nous gardons une distance et un respect avec les animaux des voisins. Il est très important de maintenir fermées les portes des cuisines pour que ni les animaux domestiques, ni les rongeurs n’y entrent.
Can Decreix est non­fumeur à l’intérieur, ou au niveau des portes et fenêtres, si vous devez fumer faîtes­le de préférence « sous la tramontane ».

A noter que toutes ces manières de faire et les décisions à long terme se discutent entre ceux et celles qui s’investissent dans CAD. Sur tout les sujets nous sommes très intéressés par vos opinions et suggestions. Vous pourrez même remplir un questionnaire de fin de séjour pour l’amélioration du lieu!

Toutes les solutions, comme celles que nous développons ici, sont adaptées à un lieu précis avec les conditions qui lui sont propres. Nous n’entendons pas offrir de solutions universelles toutes faites. Par contre nous pensons qu’une démarche vers une société frugale reliant une multitude d’initiatives adaptées à leur milieu nous fait avancer. Ces démarches locales sont indissociables d’une démarche politique et de réflexion à un niveau large.

 

À emmener :
* Prenez de bonnes chaussures (de randonnée et/ou de travail) ainsi que des vêtements de travail.
* Pour dormir amenez un sac de couchage, drap et house d’oreiller, une lampe de poche. Et aussi serviette, gant de toilette et brosse à dent (et dentifrice).
* Prenez aussi votre instrument de musique, et préparez­vous à danser dans la « Ball­Room »
* La frontière entre catalogne nord et sud existe malheureusement encore, donc n’oubliez pas votre carte d’identité ou passeport.
* Hiver : nous ne chauffons qu’un espace commun, heureusement il ne fait pas extrêmement froid à Cerbère, mais en hiver prenons des affaires chaudes, notamment caleçons long (très à la mode), pulls, bonnet, vestes chaudes, sac de couchage ou duvet chaud, etc.  N’oublier que la tramontane (le vent mythique local), est très froide de novembre à février, et elle décoiffe, vous aurez la coupe de cheveux « Cerbère » !
* Eté : Et un sombrero avec cordon pour vous protéger du soleil, et lunettes si vous êtes sensible.

S’il vous plait, n’amenez que des objets ou produits utilisables, recyclables ou réutilisables, favorables à la santé, ne polluant pas l’eau réutilisée pour l’irrigation, etc.

 

Pour venir
Nous vivons à 200m d’une gare internationale avec de nombreux trains arrivant directement de Barcelone, Montpellier, Avignon, Toulouse, Paris, Luxemburg, Strasbourg, etc. Il y a aussi un bus à 1 euro depuis Perpignan. Prenez le train mais pas le TGV: il n’y passe pas; ni la voiture: la route y est trop tortueuse (si toutefois vous venez en voiture on vous mettera a contribution pour transporter des charges lourdes qui sont pénibles à déplacer en charette à vélo!, Surtout ne vous garez pas rue des Oliviers, toutes les places sont privées pour les voisins.)

Les Horaires des Trains:
Trains depuis Barcelona, Girona, Figueres, Portbou,
Bus à un euro depuis perpignan,
Train TER depuis Avignon, Train TER depuis Narbonne,
Train grande ligne depuis Paris, Train grande ligne depuis Strasbourg. http://www.intercites.sncf.com/reseau-
intercites/trouver­destination

Pour un premier séjour nous préférons que vous veniez un mois. Appelez­nous au cas où, et ne venez pas sans accord préalable.

Notons que CAD n’est pas un hôtel ni un abri, c’est un lieu ouvert à votre motivation pour le développement de solutions appropriées dans le cadre d’une alternative décroissance choisie. Cette démarche implique une solidarité ET la prise en charge par chacun­e des problèmes qu’il ou elle génère ou pourrait générer.

Ce n’est pas un lieu pour « partir » en vacances ou pour « s’échapper » du monde industriel, ce n’est pas un petit paradis dans la nature. Nous avons plaisir à contempler la lumière sur les montagnes et les collines, mais en même temps, nous entendons monter vers nous, nuit et jour, le son de l’industrie mondiale. Nous trouvons cohérent de rester en face de cette réalité.

Nous ne sommes généralement que 2 à 5 participants à long terme à Can Decreix, et nous ne pouvons accueillir tout ceux qui en font la demande. Mais si vous vivez proches de la Catalogne; ou si vous voulez devenir colporteur de la décroissance tant au niveau pratique de la vie paysanne qu’au niveau théorique des problématiques globales; ou si vous participez déjà à des mouvements sociaux ou collectifs; ou si vous avez des compétences à nous faire partager; ou si vous êtes vraiment intéressées par la décroissance, on essayera de trouver un temps pour vous accueillir. Donc écrivez­nous (par courrier postal, c’est encore mieux!) et racontez­nous ce que vous recherchez, si vous avez des compétences à nous faire partager…

Nous sommes très preneurs de savoir­faire manuels et pratiques, d’expression artistique, de thérapies douces, de savoirs pour l’organisation collective et les actions militantes, et même de connaissances administratives (comptabilité…).

A bientôt, on vous embrasse!!!