Sorties Botaniques * Plantes Sauvages de la Vigne

Une vingtaine de Cerbériens et cerbériennes et des alentours se sont retrouvés pour découvrir les plantes sauvages spontannées de Cerbère. La région est très riche en plantes comestibles et médicinales, et cette richesse demande à être reconnue et préservée, que ce soit salades, jeunes pousses, fruits, épices ou légumes variés sauvages. Encore bien trop souvent elles sont polluées et supprimées par les herbicides, notamment le glyphosate, qui est maintenant reconnu cancérigène notoire. Pourtant ces plantes d’une variété exceptionnelle (François Schneider qui anime le tour en a répertorié plus de 200) peuvent offrir un complément alimentaire varié en vitamines et minéraux. D’autres ont des propriétés médicinales ou cosmétiques.
sortie de avril
Dans ce tour nous nous sommes focalisé sur les plantes comestibles de la vigne, notamment le laiteron délicieux, le chou ligneux, la reichardie, la laitue des vignes, l’andryala, la porcelle, le chrysanthème des moissons qui peuvent composer des salades très gustatives (lorsque les vignes ne sont pas traitées). François Schneider a donné quelques conseils pour le ramassage des plantes sauvages. La première chose est d’être bien attentif à l’environnement dans lequel nous nous trouvons car il déterminera les plantes qui y apparaitront, il s’agit ensuite de développer une capacité d’observation des plantes dans tous leurs détails. Ne jamais ramasser une plante que nous n’identifions pas de manière certaine. Ne jamais ramasser les plantes qui ont peu d’exemplaires ou sont rares. Ne ramasser que les plantes plante que nous utiliserons pour sûr. Couper au lieu d’arracher pour laisser la possibilité de repousse aux plantes comestibles, ne ponctionner qu’une petite partie des plantes, et prendre soin de laisser les fleurs et graines pour la dissemination future de la plante. Francois Schneider a aussi mis en garde de différentes plantes toxiques, bien qu’ayant souvent des propriétés médicinales à petite dose, il faut les connaître pour éviter les dangers et les mauvaises surprises. La plus dangereuse étant certainement le laurier rose, pourtant planté à tour de bras, mais citons aussi les seneçons, la mercuriale etc. Il est parfois intéressant de supprimer ces plantes toxiques qui prolifèrent pour laisser la place aux plantes comestibles. Les plantes sauvages représentent un bien commun qu’il importe de préserver.

Le tour était organisé par Can decreix (www.candecreix.cat) et arts liés. D’autres sorties par François Schneider seront proposées les derniers mercredi du mois de mai et juin. Une découverte des plantes comestibles et dégustation est aussi prévue, sur inscription, à Banyuls le 8 mai, voir http://www.cc-alberes-cote-vermeille.fr/