Pizza Talk #2 : Les Plantes Sauvages de Cerbere, une richesse a decouvrir

 

Pizzeria la caserne à Cerbère le mercredi 23 mars. Affiche Pizza talk 2-page-001

Après la soirée sur le thème de la décroissance soutenable du 10 février, cette soirée avait le thème des plantes sauvages comestibles. Une quarantaine de personnes sont venues : il a fallu se serrer pour accueillir tout le monde. La soirée a commencé par une présentation d’Eva Coloby sur l’importance des plantes en général. Les plantes nous fournissent la nourriture, mais aussi l’oxygène pour respirer. Puis il s’est organisé une dynamique participative sur les usages des plantes et l’importance de les préserver. Les habitants de Cerbère allaient autrefois chercher de nombreuses salades dans la montagne. Il en est ressorti une nostalgie de toutes ces plantes qui ne se ramassent plus, qui sont souvent polluées ou supprimées (par les herbicides, par l’urbanisation, par le feu);  D’une manière générale les plantes embellissent, nous apportent salades, légumes, bois, médecine, cosmétiques, boissons, textiles, vannerie etc. Puis Francois Schneider a présenté des plantes comestibles qui poussent dans les environs de Cerbère. Nous avons une véritable richesse à nos pieds! Par exemple il a identifié 35 épices sur la commune. Pour les salades le chou ligneux et le laiteron délicieux forment par exemple une combinaison très bonne au niveau gustatif. Les vignes étaient des lieux de récoltes de salades ce qui n’est malheureusement plus possible quand les plantations ont été désherbées chimiquement, ou que des fongicides/pesticides ont été épandus. Une plante typique est par exemple la délicieuse reichardie ou la bien nommée laitue des vignes. Les arbres, quant à eux, sont très affectés par le feu. Par contre, par leurs racines profondes ils ont plus de capacité pour résister à la sècheresse estivale et fournir arbouses, figues, caroubes, cades etc. Les cactus sont une ressource à explorer : ne pas confondre les espèces cultivées et les espèces sauvages, ces dernières ont beaucoup plus de piquants. Très adaptés aux conditions de Cerbère, une économie du cactus, comme au Mexique, serait imaginable. La soirée s’est achevée par une dégustation appréciée de pizzas à la lavatère arborescente, de pesto de plantains et bidens, et de salades sauvages. Les participants ont un peu moins aimé les carpobrotus au vinaigre. En conclusion, il a été souligné l’importance de respecter le bien commun que représentent les plantes sauvages, ce qui implique d’en prendre soin: de ne pas arracher les plantes comestibles avec leur racine, de ne les ponctionner que de manière parcimonieuse, de respecter les plantes rares. Certaines plantes sont envahissantes comme le carpobrotus, les chénopodes, la vergerette et le bidens et peuvent constituer de bonnes sources de nourritures. Pourquoi ne pas les consommer plutôt que de faire des campagnes d’éradication?

En collaboration avec Michelangelo de la pizzeria, la soirée était organisée par Can Decreix, projet basé à Cerbère, voir le site www.candecreix.cat. Des sorties botaniques sont prévues les derniers mercredi des mois d’avril, mai et juin à Cerbère. Et à la pizzeria d’autres soirées sont prévues les 20 avril et 11 mai